Pourquoi l’argent sera le nerf de la guerre dans notre combat actionnarial ?

 

Le cardinal Richelieu, en photo d’illustration, stratège par excellence, le savait pertinemment et avant chaque guerre, il faisait des levées de fonds via l’impôt.

Il savait que l’argent était le nerf de la guerre.

C’est tout simplement parce qu’on ne va pas en guerre selon des grosses réserves de munitions, et comme le combat de notre révolte actionnariale est un combat légal et pas un combat militaire, les munitions qui pourraient manquer, ce seraient des honoraires imprévus d’avocats pour riposter à ceux de Meunier qui en plus paie avec notre argent.

Après échanges avec des avocats, le constat est clair : « vous savez, en face, Meunier, ce n’est pas son argent, c’est même le vôtre, donc il s’en moque de combien ça va lui couter. Il va prendre les meilleurs avocats, les plus chers et même plusieurs cabinets pour essayer de rendre irrecevables vos demandes et préparer des coups bas..

Votre point faible à vous, petits porteurs, c’est que vous payez avec votre argent et dans tous mes combats de défenses d’actionnaires, la plupart du temps mes clients sont totalement en phase avec ma stratégie, tous d’accord entre eux, mais quand je leur présente ma proposition d’honoraires, 3 fois sur 4 il leur manquent 50% des fonds et ils abandonnent leurs requêtes ».

Dernier exemple en date, la fronde Sycomore. Ils avaient été limités dans leur action par leur enveloppe fixe, alloué par la maison mère Généralli.

Sans avocats, leurs résolutions n’auraient pas été soumises au vote. Vous avez pu constater que ça s’est joué à presque rien. Le Board a capitulé le 4 juin au soir, soit 2 jours avant la date limite maximale pour inscrire les résolutions dissidentes de Sycomore.

Le budget prévisionnel est fixé à 150 000€ minimum.

Pourquoi une telle somme ?

Il va falloir attaquer et nous défendre contre le possible rejet de nos résolutions par le CA hostile aux actionnaires à la tête d’Atos, CA que nous souhaitons démettre en grande partie et qui va s’accrocher comme de la Superglue 3 à ses jetons de présence à 90 000€ par an pour deux matinées par mois.

Jetons de présence qui, il faut le préciser au passage, sont les plus élevés du SBF120, et supérieurs à la moyenne de ceux du CAC40, à tel point que Cédric O, ex-ministre du numérique, et recalé au remaniement ministériel, est allé jusqu’au conseil d’État pour pouvoir intégrer le CA d’Atos après le refus du tribunal administratif pour conflit d’intérêts, car il avait attribué des subventions à Atos durant son mandat de ministre (lire l’article).

Les frais d’avocats seront élevé car nous avons pré-sélectionné des spécialistes.  Il peut y avoir des recours inattendus des avocats d’Atos, voire un peu plus en cas de référé (recours en urgence devant le Tribunal de Commerce).

Ensuite pour nous faire entendre sur les plateaux TV et dans la presse spécialisée, il va nous falloir une agence de communication durant 2 mois. Ce n’est pas en soit indispensable pour déposer les résolutions, mais c’est presque indispensable pour faire connaitre notre action.

L’expérience acquise de la précédente fronde

La fronde sycomore dont certains membres de l’équipe ont participé   nous a offert un retour d’expérience exceptionnel, sur ce qui a marché et ce qui n’a pas marché.

Ce qui a marché, on le sait, c’est que nous avons enfin pu avoir la possibilité de voter pour la révocation de Bertrand Meunier et que son score a été très en dessous de sa réélection de 2021 avec 82%.

Ce qui n’a pas marché, c’est d’être parti beaucoup trop tard.

Ce qui n’a pas marché, c’est de ne pas avoir eu de média dédié comme le site Udaac.org pour expliquer pourquoi la fronde et des vidéos des candidats administrateurs.

Ce qui n’a pas marché, c’est de ne pas avoir eu de média dédié comme le site Udaac.org qui puisse proposer des tutoriels très clairs sur comment faire pour voter en parallèle de la brochure ultra-complexe et opaque de Atos.

Ce qui n’a pas marché, c’est de ne pas être allé démarcher un par un les plus gros institutionnels.

En effet, pour convaincre les institutionnels de nous rejoindre, il va nous falloir un Proxy Adviser, ce sont des agences de lobbying qui vont contacter un par un les 100 plus gros institutionnels, et là, ce sera également environ 50 000€. Or Sycomore, filiale de Generali avait un budget fixe alloué par la maison mère Generali qui s’est révélé insuffisant, pour s’offrir les services d’un Proxy adviser et les institutionnels ont massivement suivi les recommandations du CA.

Or nous ne gagnerons pas sans l’appui d’une dizaine de fonds, il nous faut donc les services d’un Proxy adviser.

Pourquoi l’argent sera le nerf de la guerre de cette fronde actionnariale ?

Le bureau est constitué et la constitution de ce bureau fait que votre argent sera géré on ne peut mieux, car le président et le trésorier sont experts-comptables et tous deux sont liés par le code déontologique de leur profession.

Pour une action civile ou pénale vis-à-vis de Bertrand Meunier, il faut qu’on soit proche du haut du plafond. Dès lors des actions individuelles au tribunal contre Bertrand Meunier et tous les membres du board seront possibles. La mission prioritaire est surtout de SAUVER LE SOLDAT ATOS et selon les montants collectés, nous ferons des attaques devant les tribunaux, si les fonds sont disponibles, comptez sur nous.

LE PLUS GROS RISQUE

C’est que certains se disent, n’ayant pas réalisé que Sycomore avait déboursé 120 000€ pour sa campagne, payant pour tous, que vous vous disiez « laissons les autres plus riches que moi payer » ou « j’ai tellement perdu que je ne vais pas rajouter encore à mes pertes« .

Mais si l’action descendait à un penny stock de 1€. Qu’est-ce que 6 cts par actions à comparer de la perte potentielle. Avez-vous aussi envie de laisser Meunier avec ce sentiment d’impunité ? Certains ont critiqué la fronde Sycomore, mais ils ont mis la main à la poche.

CETTE FOIS-CI C’EST VOTRE FRONDE, mais aussi VOTRE ARGENT qui doit la financer. Nous sommes un bureau de 3 membres et une équipe élargie de 7 personnes, tous bénévoles. Mais le fait que ce soit VOTRE FRONDE a un prix. Et 6 cts pour éviter que l’action chute de plusieurs euros et qu’elle remonte de plusieurs euros si vous réalisez, c’est très très peu et ceux qui peuvent mettre 7cts ou 8cts sont bienvenus.

LES NON-ACTIONNAIRES sont aussi BIENVENUS. Le minimum, à savoir la cotisation d’adhésion, est de 30€.

 

Be the first to comment on "Pourquoi l’argent sera le nerf de la guerre dans notre combat actionnarial ?"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*