Inspirons-nous du »putsch » réussi en 2020 « REFOCUS NOT RESET » de Bressler, Niel et Gaillardo. Explications sur cette révolte actionnariale très similaire à la notre…

REFOCUS BUT NOT SPLIT

L’idée de REFOCUS NOT SPLIT, c’est de cloner l’exemple d’une fronde réussie en 2020 par Bresser, Niel et Gallardo et nommé REFOCUS NOT RESET en opposition au plan de la direction en place (G. Cuvillier) qui lui est appelé plan RESET avec une AK ultra dilutive programmé.

En 2020 avec le Covid, la foncière Unibail-Rodamco qui a racheté 2 ans auparavant la foncière Westfield pour 25Md€ (et renommé Unibail-Rodamco-Westfield) se sent acculé par sa dette au moment où les locataires désertent les centres commerciaux en pleine pandémie et panique littéralement après une dégradation d’un cran de la note de sa dette par S&P.

Après avoir versé 700M€ de dividendes à ses actionnaires en mars 2020 alors que toutes les sociétés du CAC suspendent les dividendes, S&P dégrade la dette et le clone de Meunier, Guillaume Cuvillier, le président de URW panique car le cash vient à manquer alors qu’au moment du versement de ce dividende le confinement venait d’être déclaré… Même ça, pas sûr que Meunier l’aurait fait, donc de ce côté là c’était une vedette aussi le Cuvillier.

Alors que le cours de l’action est au plus bas, de deux ans, à 45€ contre 240€ avant l’achat de Wiestfield et une capitalisation boursière de 5Md€ pour un parc immobilier de 62Md€ et une dette de 25Md€, soit une valeur à la casse encore très élevée, il décide un plan sorti d’un chapeau appelé « RESET ».

Le plan RESET, cloné avant l’heure sur celui de Bertrand Meunier à savoir 6Md€ de cessions d’Actifs et une AK de 3Md€ garantie par trois banques dont Goldman Sachs. Vous imaginez bien que si GS participe à l’opération c’est que c’est la martingale pour eux, ils ont compris qu’ils vont prendre le controle de Unibail pour 3 francs 6 sous, de même que JP Morgan et BNP.

Lever 3Md€ avec un capitalisation de 5Md€ c’est une gageure. Les HF s’en donnent à coeur joie et font descendre l’action à 28€ et elle serait probablement descendu bien plus bas, si Xavier Niel, et Leon Bressler n’avaient pas annoncé de concert avoir pris 5% de capital et que Xavier Niel quelques jours après décide de monter seul à 5% du capital, soit de concert avec Bressler à 7.5% au total.

On voit bien l’effondrement après l’annonce de l’AK et le point bas à 28€ (26€ en scéance) et la remontée après l’annonce de la montée au capital de Niel à 7.5%.

 

Ils lancent une fronde en essayant de ralier les petits porteurs en proposant le plan REFOCUS NOT RESET avec annulation de l’AK et des cessions de 12Md€ dont 90% sur le marché US, avec sortie complète du marché US où URW est un tout petit acteur avec pour but de se recentrer sur l’Europe où URW est déjà leader des centres commerciaux Premium. (cliquez sur les articles pour la version intégrale).

 

 

Il faut 66% pour que l’AK soit validée.

AG à huit clos début Aout et en plein Covid, la fraude fait peur.

Les trois jours précédant l’AG, le cours était remonté de 28€ à 38€. En effet, certains acteurs de marché parient sur la réussite de la fronde. Votre serviteur avait chargé la mule à 35€.

Résulat, l’AK obtient 64% des votes, il manque 2.6% à De Cuvillier, c’est passé de peu, mais le plan RESET est annulé les frondeurs ont gagné par KO. L’action en 72h remonte à 50€. +100% en 7 jours de bourse.

Sans le plan REFOCUS NOT RESET, l’action URW aurait dévisé à 15€ et l’AK se serait fait à 10/12€ avec une dilution de 500%

Dans les résolutions, Léon Bressler (fondateur de Unibail), Xavier Niel et Gallarda (ex femme de Manuel Valls) avaient aussi proposé leur candidature au directoire tout en demandant la démission de deux membres. Résolution accepté à 65%. Les institutionnels n’ont été qu’à moitié cons. Ils ont voté pour l’AK, mais pour le renouvellement du Conseil de Surveillance.

1 mois après le conseil de surveillance est remanié en profondeur, 5 départ, d’autres alliés de Niel et Bressler sont cooptés et De Cuvillier, 2 mois après sort par la petite porte, avec une transaction tenue secrête et prend sa retraite.

Tous les institutionnels ont voté pour l’augmentation de capital, mais paradoxalement ont aussi voté pour à une large majorité l’entrée au conseil des 3 trublions. Ce sont donc les PP, seuls à la force du poignet, de procurations, de votes massifs qui ont été les Game Changeurs.

En 2 ans et demi, la dette de Unibail est passé de 25.5Mde à 20Md€ et Unibail a fait construire de 4 nouveaux centres (projets décidés avant le plan) pour 4Md€. 8Md€ d’actifs ont cédés il en reste 4Md€ à céder, et 4Md€ ont été acquis en Europe pour se recentrer comme prévu, dont un magnifique à Rotterdam et la dette nette réduite de presque 5Md€ soit plus que l’AK de De Cuvillier.

L’action aujourd’hui navigue entre 45€ et 65€, a été pénalisé par la montée des taux, mais la plupart des acteurs estiment que avec l’AK l’action serait aujourd’hui entre 3€ et 5€.

On a la preuve que les actionnaires peuvent reprendre le pouvoir s’ils sont motivés et se fédèrent.

De plus, le cas Unibail était bien plus complexe que le cas Atos, car c’est une société à directoire, donc les actionnaires ne peuvent démettre le directoire, mais doivent d’abord changer le conseil de surveillance, qui doit ensuite changer le membres du directoire pour mettre le président dehors.

 

Quand à Meunier :

Déclaration de Bertrand Meunier président de Atos à l’AG du 28 juin 2023, soit il y a un mois et 2 jours.

Vidéo de 30 secondes.

 

Comment savoir si une décision est créatrice de valeur? A priori ça n’est pas compliqué puisque le marché a toujours raison. Il suffit de regarder le cours de bourse ci-après.

 

 

Be the first to comment on "Inspirons-nous du »putsch » réussi en 2020 « REFOCUS NOT RESET » de Bressler, Niel et Gaillardo. Explications sur cette révolte actionnariale très similaire à la notre…"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*