Décryptage de l’actualité par l’UDAAC au 21/01/2024

Nous revenons sur certaines actualités de la semaine écoulée :

 

Atos a publié un point de marché pour annoncer des changements au sein de sa gouvernance, pour informer au sujet de ses objectifs financiers 2023 et pour apporter quelques clarifications : 

Le 15 janvier 2024, Atos a publié un point de marché[1] portant sur différents sujets :

  • Des changements au sein de son Conseil d’administration et de sa direction :

Atos a annoncé qu’à compter du 15 janvier 2024, Paul Saleh, qui était Directeur financier du groupe Atos depuis août 2023[2], en devient le Directeur général. Il remplace à ce poste Yves Bernaert, qui quitte l’entreprise. Le point de marché indique que Paul Saleh « a pour priorités le refinancement des dettes financières du Groupe et les négociations en cours ou à venir, concernant notamment la cession de l’activité Tech Foundations à EPEI et l’activité Big Data & Security (BDS) à Airbus ». Par le passé, Paul Saleh a été CEO de Gainwell Technologies ou encore Directeur financier de CSC/DXC Technology.

Atos indique que Jacques-François de Prest rejoindra le groupe le 29 janvier 2024 en tant que nouveau Directeur financier. Il était auparavant Directeur financier et de la performance de Mobivia et il dispose d’une large expérience dans l’industrie des télécommunications.

Le groupe informatique a également annoncé la nomination de deux nouvelles administratrices indépendantes au Conseil d’administration, Sujatha Chandrasekaran et Monika Maurer, pour « renforcer ses compétences dans les domaines stratégiques des technologies numériques et des grands projets de transformation ».

Sujatha Chandrasekaran a été Senior Executive Vice President et Chief Digital and Information Officer de CommonSpirit Health de 2019 à 2022. Avant cela, elle a été Global Chief Information Officer de Kimberly-Clark.

Monika Maurer est aujourd’hui Présidente et CEO de Radio Frequency Systems (RFS) et a été par le passé Directrice de l’exploitation de Nokia.

Au sujet des changements au sein du Conseil d’administration, Atos ajoute dans son point de marché que « d’autres nominations d’administrateurs ou administratrices sont actuellement à l’étude ».

  • Les objectifs financiers 2023 du groupe :

Le groupe informatique a confirmé que ses objectifs financiers pour l’année 2023, pour ce qui concerne le chiffre d’affaires et la marge opérationnelle, seront atteints.

En revanche, « le flux de trésorerie disponible devrait être légèrement inférieur à son objectif d’environ -100 millions d’euros pour le second semestre 2023 ».

  • Un ajustement de sa stratégie :

Comme il l’avait annoncé dans son point de marché du 3 janvier 2024[3], Atos a réitéré sa volonté d’adapter sa stratégie du fait des contraintes financières qui pèsent sur lui, « afin d’assurer le remboursement et le refinancement de ses dettes financières tout en maintenant un mix d’activités attractif ».

  • Atos n’a, en date de ce nouveau point de marché, pas déposé de demande de désignation d’un mandataire ad hoc ou d’ouverture d’une procédure de conciliation :

Dans son point de marché du 15 janvier 2024, Atos a précisé qu’à ce jour, il n’a pas demandé la désignation d’un mandataire ad hoc et qu’il n’a pas non plus demandé l’ouverture d’une procédure de conciliation.

Le groupe informatique rappelle toutefois, comme il l’avait déjà indiqué le 3 janvier 2024[4], qu’il « se réserve le droit d’utiliser les mécanismes juridiques disponibles ».

Un article de BFM Business évoque une réunion entre Atos et ses banques :

Dans un article publié le 16 janvier 2024[5], BFM Business écrit qu’une réunion entre Atos et ses banques se serait tenue le même jour.

Le journal affirme que, selon ses informations, le Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI), entité rattachée à la direction générale du Trésor (elle-même rattachée au ministère de l’Economie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique) et dont la mission est d’accompagner les entreprises en difficulté, aurait participé à cette réunion.

Selon le journal, cette réunion devait permettre au groupe informatique de discuter avec ses banques de ses besoins en matière de financement et de capital.

Atos a un Prêt à terme A d’un montant de 1,5 Md€ qui, sous réserve que deux options de prolongation de 6 mois chacune soient exercées, doit arriver à échéance en janvier 2025. Dans son point de marché du 3 janvier 2024[6], le groupe a annoncé que « la première extension de 6 mois prendra effet le 29 janvier 2024 ». L’entreprise dispose de ces options d’extension selon certaines conditions, dont notamment l’absence de cas de défaut et le paiement de la commission d’extension. Concernant ce prêt à terme, BFM Business indique qu’il serait question « de prolonger son échéance de deux ans, jusqu’en 2027 », dans le cadre des négociations. « En contrepartie, les banques souhaitent que ce nouveau prêt soit adossé aux filiales opérationnelles d’Atos ».

Au sujet des besoins en capital d’Atos, le journal affirme que, selon ses informations, « il serait question d’un besoin en cash d’environ 300 millions d’euros ».

S&P Global Ratings a abaissé la note de crédit d’Atos de BB- à B- :

Le 19 janvier 2024, l’agence de notation S&P Global Ratings (S&P) a abaissé la note de crédit d’Atos de BB- à B-[7].

L’agence de notation souligne que les discussions qu’Atos mène avec ses banques afin de refinancer sa dette (en particulier son Prêt à terme A de 1,5 Md€) n’ont pas encore, à ce jour, conduit à un accord. Par ailleurs, S&P invoque la montée de l’incertitude autour de la cession envisagée de Tech Foundations (à EPEI). L’agence de notation considère que la renégociation de certains termes de l’opération pourrait compromettre sa conclusion ou la retarder davantage, ce qui, selon elle, pèserait sur les liquidités du groupe et compliquerait également les discussions en cours avec les banques. De plus, l’agence souligne que la vente éventuelle d’actifs additionnels, comme par exemple la cession potentielle de BDS à Airbus, prendrait du temps, limitant ainsi la possibilité pour Atos d’utiliser les produits de ces cessions pour faire face à ses besoins de liquidités à court-terme[8].

La note attribuée par S&P est assortie de perspectives « CreditWatch Developing », ce qui signifie qu’elle pourrait à nouveau être dégradée par l’agence si Atos ne parvenait pas à refinancer sa dette, ou au contraire relevée dans le cas où l’entreprise réussirait à la refinancer et à renforcer son bilan.

Goldman Sachs a déclaré détenir indirectement 1,96% du capital et des droits de vote d’Atos : 

Dans une déclaration de franchissement de seuils publiée par l’AMF le 17 janvier 2024, Goldman Sachs a annoncé avoir franchi à la baisse les seuils de 5% du capital et des droits de vote d’Atos le 11 janvier 2024. Goldman Sachs y annonce détenir désormais indirectement 1,96% du capital et des droits de vote de la société.

Cette déclaration intervient après la publication par l’AMF le 16 janvier 2024 d’une déclaration faite par Goldman Sachs, dans laquelle Goldman Sachs annonçait avoir franchi à la hausse les seuils de 5% du capital et des droits de vote d’Atos le 10 janvier 2024 et détenir alors indirectement 6,71% du capital et des droits de vote de la société[9].

Avertissement : les informations communiquées par les membres du bureau de l’UDAAC ne doivent jamais être interprétées comme des conseils en investissement. De plus, aucune garantie, expresse ou implicite, n’est donnée quant à l’exactitude, l’exhaustivité ou la fiabilité des informations contenues sur cette page. L’UDAAC ne saurait être tenue responsable des conséquences de toute omission ou erreur. Les éléments communiqués ici le sont uniquement à titre d’information, à partir de sources publiques sur Internet.

[1] Atos, point de marché du 15 janvier 2024 (https://atos.net/fr/2024/communiques-de-presse_2024_01_15/atos-remanie-son-equipe-de-direction-et-son-conseil-dadministration-pour-mettre-en-oeuvre-sa-strategie-nouvellement-ajustee)

[2] Atos, communiqué de presse du 1er août 2023 (https://atos.net/fr/2023/communiques-de-presse_2023_08_01/paul-saleh-est-nomme-directeur-financier-du-groupe-atos)

[3] Atos, point de marché du 3 janvier 2024 (https://atos.net/fr/2024/communiques-de-presse_2024_01_03/point-de-marche-2)

[4] Atos, point de marché du 3 janvier 2024 (https://atos.net/fr/2024/communiques-de-presse_2024_01_03/point-de-marche-2)

[5] BFM Business, 16 janvier 2024, « Le ministère de l’Économie s’invite dans la restructuration d’Atos » (https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/le-ministere-de-l-economie-s-invite-dans-la-restructuration-d-atos_AV-202401160821.html)

[6] Atos, point de marché du 3 janvier 2024 (https://atos.net/fr/2024/communiques-de-presse_2024_01_03/point-de-marche-2)

[7] Les Echos Investir, 19 janvier 2024, « S&P Global Ratings abaisse la note de crédit d’Atos de « BB- » à « B- » » (https://investir.lesechos.fr/actu-des-valeurs/la-vie-des-actions/sp-global-ratings-abaisse-la-note-de-credit-datos-de-bb-a-b-2047472)

[8] Site internet de S&P Global Ratings, 19 janvier 2024, « Atos SE Downgraded To ‘B-‘ On Weak Liquidity; Ratings Placed On CreditWatch Developing » (https://disclosure.spglobal.com/ratings/en/regulatory/article/-/view/type/HTML/id/3114174)

[9] BDIF – Base des décisions et informations financières de l’AMF (https://bdif.amf-france.org/fr)

 

***

L’objectif de l’UDAAC est de faire abandonner la cession de TFCo et l’augmentation de capital, de proposer un plan alternatif « Plan B » et faire revenir le cours de l’action Atos à 20€.

Adhérer en ligne

Be the first to comment on "Décryptage de l’actualité par l’UDAAC au 21/01/2024"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*