COMMUNIQUÉ DE PRESSE – 2 avril 2024

Logo UDAAC

L’UDAAC SALUE LES PREMIERS EFFORTS DE REDRESSEMENT OPÉRATIONNEL D’ATOS LORS DE LA PUBLICATION DES RÉSULTATS 2023 ET DEMANDE UNE SUSPENSION DE COTATION DE 6 MOIS

 

L’UDAAC a pris connaissance avec satisfaction des résultats opérationnels d’ATOS pour l’année 2023, qui montrent :

  • l’atteinte des objectifs de chiffre d’affaires et de marge opérationnelle, avec une croissance organique du chiffre d’affaires positive de +0,4%, mais surtout une augmentation significative de la marge opérationnelle qui passe de 3,2% du chiffre d’affaires en 2022 à 4,4% en 2023 ;
  • des dépréciations d’actifs massives (2 546 millions€) mais indispensables tirant un trait définitif sur le passé des années de croissance folle par acquisitions trop chères et mal intégrées et un montant très important de coûts de réorganisation non récurrents (696 millions€) ;
  • la très bonne nouvelle du jugement en appel favorable dans le litige TriZetto avec l’annulation de plus de 200 millions$ de dommages-intérêts compensatoires ;
  • la poursuite du recentrage des activités avec la cession d’actifs non stratégiques représentant un chiffre d’affaires limité à environ 440 millions€ mais générant un produit net de cession de 411 millions€ et permettant une réduction importante de l’ensemble des charges ;
  • un résultat net normalisé hors exceptionnel de 73 millions€, positif pour la première fois depuis 3 ans, premier signe fort du début du redressement opérationnel ;
  • une baisse très significative des charges (688 millions€), en particulier des charges de personnel (274 millions€), de sous-traitance (243 millions€) et des achats de logiciels et de matériels informatiques (128 millions€).

Compte tenu de cette baisse des charges courantes qui devra être largement poursuivie en 2024 avec une diminution significative des recrutements, accompagnée d’un rapatriement en interne d’une partie importante de la sous-traitance, et une baisse des charges de conseil, un objectif de marge opérationnelle de 6% en 2024 et de 7% en 2025 nous semble atteignable.

La dette financière nette s’établit à 2 230 millions€ à fin 2023 soit 3,34 fois l’EBO pre-IFRS 16 (Excédent Brut Opérationnel) ce qui est loin d’être catastrophique compte tenu des marges d’économies réalisables à court terme.

La dette financière brute s’élève à 4 654 millions€ dont 2 400 millions€ d’obligations et 2 080 millions€ de financement bancaire.

Même si nous ne sous-estimons pas la nécessité de désendetter notre société, le problème de la dette est donc moins une question de montant que d’échéancier de remboursement, principalement concentré sur fin 2024 et 2025.

Pour cette raison l’UDAAC, qui estime indispensable que les actionnaires soient représentés dans les négociations avec les banques et les obligataires, souhaite que :

  1. la dette obligataire « lointaine » (échéances novembre 2028 et novembre 2029) de 1 150 millions€ soit intégralement remboursée aux échéances prévues ;
  2. la dette obligataire « proche » (échéances novembre 2024 et mai 2025) de 1 250 millions€ soit intégralement remboursée, mais sur une période de 5 ans avec un remboursement annuel en capital de 250 millions€ par an à compter du 1er mai 2025 ;
  3. le financement bancaire « courant » de 2 080 millions€ soit reconduit pour une période de 5 ans à compter du 1er octobre 2024 et garanti à hauteur de 50% par l’Etat.

En complément, l’UDAAC estime qu’un recentrage d’ATOS sur le marché européen accompagné d’une cession de certaines activités de l’entité « Amériques » doit être étudiée sérieusement pour accélérer son désendettement et éviter une augmentation de capital qui serait fortement dilutive pour les actionnaires qui ont déjà beaucoup souffert.

Par ailleurs, nous demandons la suspension de cotation du titre ATOS pour une durée de six mois, condition selon nous indispensable pour pouvoir mener en toute sérénité les négociations avec les banques et les obligataires.

Pour conclure, nous estimons que les résultats 2023 sont très encourageants pour poursuivre le redressement opérationnel et mettre fin au dénigrement systématique de notre société qui va prouver aux yeux du monde entier tout son savoir-faire lors des prochains Jeux Olympiques.

L’UDAAC, qui l’a redit lors de son audition au Sénat, croit, avec la nouvelle dynamique mise en place en octobre dernier, au rétablissement rapide des résultats de notre société et se battra jusqu’au bout pour éviter un nouveau scandale financier de la Place de Paris et la spoliation totale des actionnaires.

N’en déplaise à ses détracteurs, ATOS n’est ni Casino ni Orpéa.

 

Hervé LECESNE

Co-président de l’UDAAC

herve@udaac.org

Christian NICOL

Co-président de l’UDAAC

christian@udaac.org

 A propos de l’UDAAC :

L’UDAAC (Union Des Actionnaires Constructifs d’ATOS), créée en 2023, forte de plusieurs centaines d’adhérents et de milliers de sympathisants actionnaires d’ATOS, dont de nombreux salariés et anciens salariés, a pour vocation de défendre les intérêts de tous les actionnaires d’ATOS.

L’association, ouverte à tous les actionnaires d’ATOS sans exclusive, est animée par un Bureau et un Conseil d’Administration. Elle entreprend de très nombreuses démarches auprès de tous les acteurs du dossier (gouvernance, salariés, clients, fournisseurs, concurrents, banquiers, créanciers, conseils, avocats, analystes, journalistes, administrations, décideurs politiques, Paris Europlace, AMF, Euronext, etc.) afin de faire entendre le point de vue des actionnaires et défendre le groupe ATOS contre tous ses détracteurs. Avec le soutien de très nombreux actionnaires, nous avons recueilli 34% des voix lors de l’AG de juin 2023 pour demander la démission du Président du Conseil d’Administration de l’époque.

L’UDAAC a obtenu de nombreuses avancées pour les actionnaires : la nomination de nouveaux Président et Vice-Président beaucoup plus à l’écoute des préoccupations des actionnaires, le renouvellement du Conseil d’Administration, l’abandon du projet annoncé le 1er août 2023 d’augmentation de capital qui aurait été très dilutive pour les actionnaires, la nécessité de s’attaquer sérieusement à la réduction de la dette financière avec des cessions significatives d’actifs, et enfin très récemment l’arrêt des négociations avec Daniel Kretinsky pour la cession de Tech Foundations (5,6 Mds€ de CA, près de 50 000 collaborateurs et une activité en plein redressement) dans des conditions financières scandaleuses.

ATOS, cotée sur Euronext Paris, numéro un européen dans les domaines très porteurs du cloud, de la cybersécurité et du calcul haute-performance (supercalculateurs), un des leaders mondiaux de la transformation digitale et des services informatiques, emploie 95 000 collaborateurs dans 69 pays et réalise 10,7 Mds€ de chiffre d’affaires. Il fournit aussi à ses clients des solutions de cloud, de décarbonation et des prestations d’infogérance. Ses solutions intégrées s’adressent à tous les secteurs.

Disclaimer : Les informations communiquées sur cette page n’engagent que l’UDAAC. Elles ne sont pas des recommandations de vente ou d’achat d’instruments financiers et ne doivent jamais être interprétées comme des conseils en investissement.

UDAAC (Union Des Actionnaires d’ATOS Constructifs) – RNA W751270784 – SIRET : 92395405100010 – 14 Avenue de l’Opéra 75001 Paris – info@udaac.org

Be the first to comment on "COMMUNIQUÉ DE PRESSE – 2 avril 2024"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*