Atos : ralentissement à prévoir au second semestre (INVESTIR-LES ECHOS)

A l’instar du reste du ­marché, les champions ­français des services du numérique (ESN) que sont Capgemini, Sopra Steria Group ou Alten ont dévoilé de probantes publications trimestrielles. En effet, les trois ont fait part d’une croissance à deux chiffres de leurs revenus sur la période (entre + 10,9 % pour Sopra Steria et + 15 % pour Alten, en données publiées).

Par Quentin Soubranne

Publié le 18 mai 2023 à 12:37. Mis à jour le 18 mai 2023 à 12:38.
.
Réservé aux abonnés. La mise à disposition sur le blog est dans le but compiler plus de 250 articles au même endroit, mais ne vous dispense pas de vous abonner aux revues payantes.
.
Plus dynamique qu’escompté par le marché, l’activité observée au premier trimestre est néanmoins vouée à ralentir sur la deuxième partie de l’année, à en croire les déclarations prudentes des dirigeants. Ces derniers ont évoqué l’attentisme, voire la frilosité, de certains donneurs d’ordre dans un contexte économique toujours dégradé, entre inflation persistante et croissance atone. « La décélération est plus rapide aux Etats-Unis qu’en Europe, car les groupes sont plus réactifs à la conjoncture économique outre-Atlantique », souligne le directeur général de Capgemini, Aiman Ezzat.

Dans cet environnement adverse, les investisseurs scruteront la capacité des ESN à préserver leurs marges sur l’exercice en cours. Ce qui ne sera pas une mince affaire, prévient le directeur général d’Alten, Bruno Benoliel. « Beaucoup de nos contrats sont plu­riannuels, et tous nos clients n’acceptent pas de hausses de prix. Elles sont plus faciles à obtenir en Allemagne qu’en France, par exemple », relève le dirigeant.

Vers une consolidation  ?

Les périodes au cours desquelles un ralentissement de la croissance est observé au sein d’un secteur en particulier sont par ailleurs généralement propices à une consolidation, d’autant plus parmi les ESN ­faisant (déjà) régulièrement l’objet d’offres publiques d’achat (OPA).

Pas moins de dix opé­rations de la sorte ont en effet été recensées ces deux der­nières années sur le marché parisien, avec une accélération au second semestre 2022, lors duquel Devoteam ou Groupe Open, notamment, ont été retirés de la cote. « Cette tendance pourrait se poursuivre en 2023 », juge l’analyste d’Oddo BHF Nicolas Thorez, selon qui il reste plusieurs cibles attrac­tives. Parmi celles-ci, il cite pêle-mêle Wallix, Esker, Sidetrade et Infotel sur la partie logiciels, Micropole sur le cloud et la cybersécurité, ou encore le spécialiste des services infor­matiques Neurones.

Conseil Investir

RESTER A L’ECART

ATOUT : Le secteur jouit d’une tendance de fond toujours porteuse. RISQUE: La décélération attendue au second semestre devrait affecter les marges opérationnelles. FAVORITE : Alten. Le groupe d’ingénieurs a signé un premier trimestre convaincant et a déjà prouvé sa capacité à délivrer. À ÉVITER : Atos. Le manque de visibilité incite à rester à l’écart de la valeur pour le moment.

Q. S.

https://investir.lesechos.fr/conseils-boursiers/conseils-actions/atos-ralentissement-a-prevoir-au-second-semestre-1944564

 

Be the first to comment on "Atos : ralentissement à prévoir au second semestre (INVESTIR-LES ECHOS)"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*